Université de Strasbourg
Accueil
Search & Find
Vous êtes ici :  Accueil   >   Formation   >   Nos formations 2018-2022

MASTER Sciences du vivant

Part des enseignements fondamentaux, d'ouverture, transverses

A l'exception d'un parcours qui s'effectue en apprentissage (Parcours PEnGE) les parcours de notre mention seront surtout "présentiels" en M1, environ 70 %. Les 30% restant correspondent à des travaux personnels, des travaux en mode projet avec un tuteur et/ou à des stages en laboratoire ou en entreprise. En M2, la part du "présentiel" diminue fortement pour passer à environ 30%, 50% du M2 correspondant à un stage. Lors de l'enseignement présentiel, surtout en M1, 45% correspondent à des cours magistraux ou à des cours intégrés, le reste se répartissant de manière équilibrée entre les travaux pratiques et les travaux dirigés.

Contenus et types d'enseignement

La mention de master « Sciences du vivant », portée par la Faculté des Sciences de la Vie, exploite une diversité d’axe de recherche qui lui permet de recouvrir quasiment tous les champs de la biologie moderne. L’acquisition des compétences pour mener à bien un projet est un socle commun important de la mention. L’acquisition de ces compétences se découpe en une série d’UE qui sont soit communes à tous les parcours (Insertion pro, anglais etc..) soit dont le contenu a été normalisé entre les différents parcours (Initiation à la démarche scientifique, initiation à la communication scientifique etc..). La mention met aussi en commun plusieurs UE scientifiques sur les notions de bases de la biologie (par exemple des UE sur la notion de cellules et d’organismes). Sur cette base « méthodologique » et scientifique commune, 14 parcours différents ont été définis (très proches de ceux présentés lors de la dernière habilitation) pour donner aux étudiants des compétences et des expertises dans tous les domaines de la biologie. Chacun de ces parcours s’appuie sur un nombre conséquent d’équipes de recherche et de potentiels maîtres de stage ou tuteurs de travaux personnels..
Nos parcours recouvrent l'éthologie et l'écologie avec le parcours "Ecophysiologie, Ecologie et Ethologie (EEE)" , La biologie végétale avec les 3 parcours "Plantes, molécules bioactives et valorisation (PMBV)", "Plantes, biologie moléculaire et biotechnologies (PBMB)" et "Plantes, environnement et génie écologique (PEnGE)", les neurosciences avec les 3 parcours "Neurosciences Cellulaires et Intégrées (NCI)", "Neurosciences Cognitives (NCO)" et "Joint Master in Neurosciences (JMN)" (en cours de co-habilitation avec l'Université de Freiburg), la microbiologie (MB), la virologie (Viro), avec les parcours homonymes, la Biologie du développement avec le parcours "Biologie du développement et cellules souches (BDCS)", l'immunologie avec le parcours "Immunologie et inflammation (II)", la biologie moléculaire et la génétique avec le parcours "Biologie et génétique moléculaire (BGM)" et enfin la biologie structurale et la bio-informatique avec le parcours "Biologie structurale intégrative et bio-informatique (BSIBI)".
La démarche scientifique, en particulier en sciences de la vie, devant être enseignée dès le secondaire, il est important que les futurs enseignants en soient imprégnés au cours de leur formation initiale. C'est pourquoi, les compétences de nos différents parcours sont utilisées pour une formation par la recherche des futurs enseignants du secondaire dans le parcours "Enseigner les Sciences de la Vie et de la Terre – Parcours agrégation (SVT)".

Connaissances scientifiques à acquérir

La mention unique de master de la Faculté des sciences de la Vie a pour objectif de former des biologistes à un haut niveau de connaissances et de compétences pour qu’ils puissent faire face aux enjeux très compétitifs de la biologie actuelle tant dans le monde de la recherche que dans le monde socio-économique ou industriel. Des objectifs disciplinaires précis sont développés dans chaque parcours mais, pour toutes les formations de cette mention, un effort très important sera entrepris pour que l’acquisition des connaissances se fasse de façon structurée dans un esprit synthétique et transdisciplinaire. Ceci permettra aux étudiants d’appréhender les méthodes, outils et concepts communs ou propres aux différents champs disciplinaires abordés en Sciences du Vivant, et leur apprendra à utiliser de façon critique des informations ou une démarche scientifique, en insistant sur la rigueur du raisonnement.

Description générale du contexte

Les sciences de la vie et de la santé représentent un des points forts de la recherche à l’Université de Strasbourg. L’enseignement de master est étroitement associé au monde de la recherche et s’appuie sur ses potentialités. Les 32 laboratoires associés à l’Université de Strasbourg qui travaillent dans le domaine de la vie et de la santé couvrent une large palette de spécialités allant de la biologie de l'environnement et des organismes à la biochimie structurale. La mention de master « Sciences du vivant », portée par la Faculté des Sciences de la Vie, exploite cette diversité d’axe de recherche qui lui permet de recouvrir quasiment tous les champs de la biologie moderne. La puissance de la recherche associée à notre mention permet de mettre en place une formation par la recherche pour former des biologistes de haut niveau capables de mener à bien des projets aussi bien dans l’industrie que dans le monde académique. L’acquisition des compétences pour mener à bien un projet est un socle commun important de la mention. L’acquisition de ces compétences se découpe en une série d’UE qui sont soit communes à tous les parcours (Insertion pro, anglais etc..) soit dont le contenu a été normalisé entre les différents parcours (Initiation à la démarche scientifique, initiation à la communication scientifique etc..). La mention met aussi en commun plusieurs UE scientifiques sur les notions de bases de la biologie (par exemple des UE sur la notion de cellules et d’organismes). Sur cette base « méthodologique » et scientifique commune, 14 parcours différents ont été définis (très proches de ceux présentés lors de la dernière habilitation) pour donner aux étudiants des compétences et des expertises dans tous les domaines de la biologie. Chacun de ces parcours s’appuie sur un nombre conséquent d’équipes de recherche et de potentiels maîtres de stage ou tuteurs de travaux personnels. Le vivier d’étudiants de nos 6 parcours de licences ainsi que des autres licences des universités françaises ou de nos universités partenaires à l’étranger (essentiellement Allemagne, Suisse, Luxembourg) trouvent ainsi dans nos différents parcours les formations leur permettant de mener à bien leur projet professionnel en biologie.
Nos parcours recouvrent l'éthologie et l'écologie avec le parcours "Ecophysiologie, Ecologie et Ethologie (EEE)" , La biologie végétale avec les 3 parcours "Plantes, molécules bioactives et valorisation (PMBV)", "Plantes, biologie moléculaire et biotechnologies (PBMB)" et "Plantes, environnement et génie écologique (PEnGE)", les neurosciences avec les 3 parcours "Neurosciences Cellulaires et Intégrées (NCI)", "Neurosciences Cognitives (NCO)" et "Joint Master in Neurosciences (JMN)" (en cours de co-habilitation avec l'Université de Freiburg), la microbiologie (MB), la virologie (Viro), avec les parcours homonymes, la Biologie du développement avec le parcours "Biologie du développement et cellules souches (BDCS)", l'immunologie avec le parcours "Immunologie et inflammation (II)", la biologie moléculaire et la génétique avec le parcours "Biologie et génétique moléculaire (BGM)" et enfin la biologie structurale et la bio-informatique avec le parcours "Biologie structurale intégrative et bio-informatique (BSIBI)".
La démarche scientifique, en particulier en sciences de la vie, devant être enseignée dès le secondaire, il est important que les futurs enseignants en soient imprégnés au cours de leur formation initiale. C'est pourquoi, les compétences de nos différents parcours sont utilisées pour une formation par la recherche des futurs enseignants du secondaire dans le parcours "Enseigner les Sciences de la Vie et de la Terre – Parcours agrégation (SVT)".
Un Double Diplôme franco -allemand (Master/PhD-Track) existe pour les parcours BGM, BDCS, II et NCI avec l’Université de la Sarre - Allemagne. Il concerne 2 ou 3 étudiants par parcours chaque année. Les étudiants français font le M1 à Strasbourg et le M2 en Allemagne et les étudiants allemands font l'inverse.

Compétences à acquérir

Les objectifs généraux de la mention ont été définis lors d’un séminaire pédagogique de trois jours où l’approche programme a été utilisée pour définir les macro-compétences que nous souhaitons transmettre à nos étudiants.
Nous avons ainsi défini 4 macro-compétences qui devraient être acquises à différents niveaux: (I) Initiation, (A) avancé, (E) expert

Macrocompétence : maîtriser la démarche scientifique
1) Faire le bilan de ses connaissances et les confronter aux données existantes pour contextualiser et justifier une question scientifique (E)
2) Concevoir, proposer un protocole apte à répondre à la question posée (A)
3) Observer et décrire des résultats, des objets, des faits avec un regard critique pour s’approprier une réalité (E)
4) Analyser des objets : mettre en relation des données, des faits pour dégager et différencier des causalités et des corrélations (E)
5) Interpréter les données analysées en les intégrant dans un contexte global, et savoir proposer des perspectives (A)

Macrocompétences : mener un projet

1) Manager / organiser des projets : conception, réalisation, évaluation, valorisation (A)
2) Maîtriser des techniques et outils spécifiques aux champs disciplinaires (E)
3) Mener une veille technologique (E)
4) Autonomie et travail d’équipe, intelligence sociale (A)
5) Développer des réseaux et des collaborations (I)
6) Gestion du temps (A)
7) Agir de façon éthique et responsable (E)

Macrocompétences : communiquer
1) Maîtriser les outils de communication (E)
2) Rendre compte de façon argumentée et synthétique de ses travaux/ projets à l’écrit et à l’oral (E)
3) Adapter sa stratégie de communication à des publics variés (A)
4) Communiquer en tenant compte des différences interculturelles (A)
5) Maîtriser des langues étrangères et notamment l’anglais (A)

Macro compétences : construire son projet professionnel et personnel
1) Autoévaluation, décision (E)
2) Engagement, persévérance, maturation, ténacité (E)
3) Responsabilité (E)
4) Confiance (en soi et dans les autres) (A)
5) Adaptabilité (A)

Partenariats académiques ou professionnels

Parcours Master/PhD-Track franco-allemand avec l’Université de la Sarre 5saarbrücken/Homburg)…….http://www.bionational.eu

Parcours Joint Master in Neuroscience en cours d'accréditation avec l'Université de Freiburg (Allemagne) et bénéficiant d'une simple convention de partenariat avec l'Université de Bale (Suisse) information disponible sur le site suivant :
http://neuromaster.u-strasbg.fr/JMN01homepage.html
http://www.eucor-uni.org/fr/node/422
https://www.bcf.uni-freiburg.de/teaching-and-training/msc-programs

Le parcours « Plantes Environnement et Génie Ecologique » bénéficie d’une convention de partenariat avec le master Gestion et Conservation de la Biodiversité de l’université de Bretagne Occidentale (échanges pédagogiques, études de milieux naturels) et un partenariat est en cours de réalisation avec le master « Ingénierie écologique » de l’université Aix Marseille

Ouverture internationale

La politique internationale
La politique internationale est devenue une priorité stratégique pour le Master de la Faculté des Sciences de la Vie.
Les principaux partenaires académiques de la Mention se trouvent en Allemagne au niveau transfrontalier (Eucor – Le Campus Européen avec les universités Freiburg, Karlsruhe et Bäle en Suisse ; l’Université de la Sarre avec Saarbrücken et Homburg), en Allemagne (Leipzig, Giessen, München), en Europe (Espagne - Université Complutense de Madrid) et au Québec (Universités de Montréal. McGill et Université Laval). La mention Sciences du vivant accueille un nombre important d’étudiants étrangers au travers non seulement de divers programmes européens ou internationaux d’échanges (ERASMUS, Québec, Australie), mais aussi grâce à 2 programmes bi- et tri-nationaux spécifiques :

A. Parcours franco-allemand Master/PhD-Track soutenu par l’Université Franco-Allemande (depuis 2013) http://www.bionational.eu/study/courses.php?sel=mscphd
- Le parcours franco-allemand des parcours Biologie et Génétique Moléculaire, Immunologie et Inflammation, Biologie du Développement et Cellules souches et Neurosciences Cellulaires et Intégrées est un programme de master et doctorat consécutifs ouvrant à un double diplôme de master et/ou doctorat de l’Université de Strasbourg et de l’Université de la Sarre. Ce programme (Master/PhD-Track) unique de double diplôme est soutenu par l’Université Franco-Allemande (UFA). Initié en 2013, il est géré conjointement par Manfred J. Schmitt (Universität des Saarlandes) et Joern Pütz (Université de Strasbourg). L’Université franco-allemande (UFA / DFH) et l’Université de Strasbourg apportent leur soutien financier pour les étudiants et les enseignants de ce parcours au travers de diverses actions.
15 contrats doctoraux ont été obtenus depuis 2013, dans le cadre de ce Master/PhD-Track.
  B. Eucor- le campus européen : Avec la création en décembre 2015 du premier Groupement européen de coopération territoriale (GECT) autour des 5 universités Bâle, Fribourg-en-Brisgau, Haute-Alsace, Strasbourg et Karlsruhe du Rhin supérieur, les instances universitaires impliquées visent à mutualiser les compétences et les potentiels des 15 000 enseignants-chercheurs, 11 000 doctorants et 115 000 étudiants pour construire un espace scientifique et académique hors du commun. Outre son pouvoir d'attractivité du point de vue de la recherche et de son financement, Le Campus européen vise à mutualiser ses enseignants et enseignements, pour offrir à terme des diplômes communs. C'est dans ce cadre que le Joint Master in Neuroscience s'organise entre les universités de Bâle (CH), de Freiburg (D) et de Strasbourg, pour proposer dans une langue de travail commune (l'anglais) un programme d'enseignement moderne et pratique co-construit par les partenaires sur la base de leur spécificités académiques qui complète l'offre de formation en Neuroscience de Strasbourg.
  • Langue du parcours :Enseignements multilingues
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):33

Objectifs du programme

Ce parcours, qui intègre à parts égales les enseignements de biologie moléculaire, de génétique et de génomique a pour but de former les étudiants à l’exploration, au niveau moléculaire, de toutes les facettes du transfert de l’information génétique, de sa régulation et de ses dysfonctionnements pathologiques. Outre la formation théorique, ce parcours se caractérise par une formation pratique et en recherche permettant l’acquisition de solides compétences dans toutes les approches permettant d’étudier les biomolécules, leurs répertoires interactionnel et fonctionnel au sein des processus qui gouvernent l’expression génique et de les intégrer à l’échelle de la cellule et de l’organisme :
  1. L’ensemble des approches de génétique et de biologie moléculaire qui permettent l’analyse du génome, du transcriptome (Génomique, Séquençage de Nouvelle Génération, Phylogénie) et du protéome et son évolution et sa dynamique (interactomes).
  2. ii) L’exploration de l’ensemble du répertoire dont dispose les organismes pour réguler le transfert de l’information génétique (épigénétique, RNA non codants régulateur mi/siRNA ….)
  3. iii) Les approches permettant d’éditer les génomes (CRISPR/Cas9) dans le but de corriger les dysfonctionnements pathologiques de l’expression génique ou de créer des génomes synthétiques permettant la production de biomolécules d’intérêt biotechnologique thérapeutique ou méthodologique.
Les étudiants détenteurs de ce diplôme pourront s’insérer directement dans la vie professionnelle au niveau de postes d’ingénieur d’études ou équivalent dans les laboratoires de recherche publics ou dans les entreprises du secteur biotechnologique ou pharmaceutique. Une grande majorité des étudiants diplômés poursuit sa formation en intégrant une école doctorale et se peuvent, à l’issus de l’obtention de leur thèse, postuler à i) des postes d’ens eignant-chercheurs, ii) de chercheurs dans les organismes publics de recherche ou dans l’industries biotechnologique et pharmaceutique, iii) conseillers/ingénieurs en innovation industrielle et bioprocédés.

Compétences à acquérir

(I) Initiation, (A) avancé, (E) expert

Macro compétence : maitriser la démarche scientifique en Biologie et Génétique Moléculaire
  1. Faire le bilan de ses connaissances et les confronter aux données existantes pour contextualiser et justifier une question scientifique (E)
  2. Concevoir, proposer un protocole apte à répondre à la question posée (A)
  3. Observer et décrire des résultats, des objets, des faits avec un regard critique pour s’approprier une réalité (E)
  4. Analyser des objets : mettre en relation des données, des faits, ect.. pour dégager et différencier des causalités et des corrélations (E)
  5. Interpréter les données analysées en les intégrant dans un contexte global, et savoir proposer des perspectives (A)

Macro compétences : mener un projet en Biologie et Génétique Moléculaire
  1. Manager / organiser des projets : conception, réalisation, évaluation, valorisation (A)
  2. Maitrise des techniques et outils spécifiques aux champs disciplinaires (E)
  3. Mener une veille technologique (E)
  4. Autonomie et travail d’équipe, intelligence sociale(A)
  5. Développer des réseaux et des collaborations (I)
  6. Gestion du temps (A)
  7. Agir de façon éthique et responsable (E)

Macro compétences : communiquer
  1. Maitriser les outils de communication (E)
  2. Rendre compte de façon argumentée et synthétique de ses travaux/ projets à l’écrit et à l’oral (E)
  3. Adapter sa stratégie de communication à des publics variés (A)
  4. Communiquer en tenant compte des différences interculturelles (A)
  5. Maîtriser des langues étrangères et notamment l’anglais, etc.. (A)

Macro compétences : construire son projet professionnel et personnel
  1. Autoévaluation, décision (E)
  2. Engagement, persévérance, maturation, ténacité (E)
  3. Respons abilité (E)
  4. Confiance (en soi et aux autres) (A)
  5. Adaptabilité (A)
Action séquentielle de 1, 2 et 3 qui nourrissent 4 (objectifs de la formation universitaire)
 

Contrôle des connaissances

Contact

Hubert Becker

Anne-Marie Duchene-Louarn

Équipe pédagogique

Frédéric Fischer (Responsable de l'UE "Adressage des Biomolécules et Dynamique Membranaire")

Fabrice Jossinet (Responsable de l'UE "ARN : aspects moléculaires cellulaires et génétiques")

Nicolas Matt (Responsable de l'UE "Imagerie cellulaire et tissulaire")

Fabrice Michel (Responsable de l'UE "RNA silencing")

Luc Bonnefond (Responsable de l'UE "Interactome")

Michaël Ryckelynck (Responsable de l'UE "Biologie Digitale et Microfluidique" Responsable de l'UE "Ingénierie de Projets Scientifiques Innovants")

Joseph Schacherer (Responsable de l'UE "Génétique Evolutive et Quantitative" Responsable de l'UE "Génétique Quantitative Appliquée")

Veronique Leh-Louis (Responsable de l'UE "Génomique évolutive et fonctionnelle")

Daniela Lener-Ory (Co-Responsable de l'UE "Questions d’actualité en biologie et génétique moléculaire")

Richard Patryk Ngondo (Responsable de l'UE "Contrôle du génome eucaryotique : épigénétique et maintien de l'intégrité" Co-Responsable de l'UE "Régulation et Analyse de l'Expression des Gènes")

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):27

Objectifs du programme

Ce parcours à vocation à développer deux aspects de la biologie structurale intégrative :
  • la compréhension des fonctions à partir des données structurales, de l'échelle atomique de la vision cellulaire.
  • La "biologie in silico" (analyse, l'exploitation et valorisation des données biologique, "Big data" pour les problèmes biologiques, modélisation moléculaire et simulations des systèmes biologiques)
Il s'agira d'acquérir une maîtrise ou une expertise de plusieurs outils et méthodes biochimiques, biophysiques, mathématiques et informatiques nécessaires à l'étude du vivant. L'axe conducteur au coeur de la formation est la nécessité d'intégrer le "regard 3D" dans l'étude des processus biologiques fondamentaux et appliqués.
 

Compétences à acquérir

En complément et en synergie avec les compétences génériques de la mention, ce parcours permet à un étudiant de développer et de construire par le choix de modules appropriés, l'une des quatre compétences suivantes :
  • bio-structure : expertise des méthodes et des techniques de la biologie structurale et de l'analyse fonctionnelle des structures 3D,
  • bio-analyse : expertise des méthodes et des outils de la "biologie in silico",
  • bio-modélisation : expertise en modélisation des systèmes biologiques,
  • génie bio-informatique : développements et gestions d'outils et de bases de données spécifiques pour la biologie.
Apres un socle de connaissances commun en M1 (compréhension des mécanismes généraux du vivant, connaissance de la physico-chimie des molécules du vivant, formation scientifique appropriée en mathématiques et statistiques, maitrise de l'outil informatique), la spécifité des compétences (compétences profil/métier) à acquérir se fait par le choix de modules optionnels, plus particulèrement en fin de M1 et en M2.

Contrôle des connaissances

Contact

Jean-Marie Wurtz

Jean Cavarelli

Équipe pédagogique

Bruno Klaholz

Odile Lecompte

Luc Bonnefond

Tahar Bellem

Jean-Michel Dischler

Victor Fernandes

Bruno Kieffer

Patrick Schultz

Brett Johnson

Arnaud Poterszman

Annick Dejaegere-Stote

Jean-Luc Dortet-Bernadet

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

Le master d’Ecophysiologie et Ethologie proposé par l’Université de Strasbourg est une formation pluridisciplinaire qui donne aux étudiants des bases scientifiques et méthodologiques étendues et variées leur permettant d’étudier et de comprendre à la fois les mécanismes d'adaptation des organismes vivants au sein de leur environnement ainsi que leurs réponses adaptatives pour faire face aux variations naturelles et anthropiques de cet environnement. Ces disciplines vont de la génétique des populations, en passant par l’écophysiologie à l’éthologie et l’écologie mais également le droit et l’éthique de l’animal ainsi que l’économie de l’environnement. Le savoir scientifique acquis au sein de cette spécialité est conforté par une solide formation méthodologique (comme le Système d’Information Géographique, des statistiques très poussées, programmation) ou des connaissances transversales (les sciences du végétal, le droit de l’environnement, l’anglais ou l’éthique animale). A côté de connaissances théoriques dispensées au sein de ce master, nous proposons également différentes sorties sur le terrain afin que les étudiants puissent appréhender les difficultés à travailler avec un environnement vivant et changeant.

Compétences à acquérir

Maitriser la démarche scientifique ,en mettant en place des questions, hypothèses et protocole
Mener un projet scientifique en écophysiologie, écologie et éthologie
Maitriser des outils pour la récolte de données et d’analyse de ces dernières
Communiquer de façon argumentée et synthétique sur les différents projets menés au cours du master, à l’écrit et à l’oral, en français et en anglais
Construire son projet professionnel et personnel, en développant des qualités de recherche d’informations, de la mise en place d’un réseau de connaissances dans le monde professionnel, d’adaptabilité et de responsabilité

Contrôle des connaissances

Contact

Sylvie Massemin-Challet

Équipe pédagogique

Sylvie Massemin-Challet (Enseignant-chercheur en écologie fonctionnelle et évolutive)

Cedric Sueur ((Enseignant-Chercheur en éthologie))

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

L'objectif de ce parcours de master est de former à l'enseignement des sciences naturelles et expérimentales que sont la biologie et la géologie. Dans cet objectif, ce parcours de master veille à ce que les étudiants puissent à la fois :
- acquérir les connaissances scientifiques solides nécessaires au bon enseignement des sciences
- se préparer aux concours de recrutement de l'enseignement secondaire
- s'initier au métier d'enseignement via des stages effectués en M1 au sein des établissements de l'académie et sous le contrôle de tuteurs

Compétences à acquérir

En plus des compétences disciplinaires spécifiques, les étudiants du parcours "Enseigner les SVT - Préparation à l'agrégation" devront acquérir les compétences suivantes (I : initiation ; A : avancé ; E : expert) :
  • Faire le bilan de ses connaissances et les confronter aux données existantes pour contextualiser et justifier une question scientifique (E)
  • acquérir une connaissance des méthodes, outils et concepts communs ou propres aux différents champs disciplinaires abordés en Sciences de la Vie et de la Terre
  • Observer et décrire des résultats, des objets, des faits avec un regard critique pour s’approprier une réalité (E)
  • Analyser des objets : mettre en relation des données, des faits, ect.. pour dégager et différencier des causalités et des corrélations (E)
  • Interpréter les données analysées en les intégrant dans un contexte global, et savoir proposer des perspectives (A)
  • Mener un projet en autonomie ou en travail d’équipe, intelligence sociale(A)
  • Développer des réseaux et des collaborations (I)
  • Gestion son temps (A)
  • Agir de façon éthique et responsable (E)
  • Maitriser les outils de communication (E)
  • savoir utiliser de façon critique et développer des connaissances structurées et les exposer de façon argumentée et synthétique d à l’écrit et à l’oral (E)
  • Adapter sa stratégie de communication à la variété des variés (A)
  • Maîtriser des langues étrangères et notamment l’anglais (A)

Informations diverses

Dans le cas où un étudiant rejoindrait le M2 SVT sans avoir effectué le M1 SVT, et donc sans avoir validé les 6 ects de Langues, il aurait à valider les ects manquants de Langues au cours de l'année de M2. Les ects de Langues ainsi rajoutés en M2 seront pris sur les ects des UE "Exposés scientifiques".

Contrôle des connaissances

Contact

Équipe pédagogique

Francois Labolle (Directeur des études M1)

Armelle Baldeyrou-Bailly (Directeur des études M2)

Jérémy Fornazaric (Responsable pédagogique du M2)

  • Langue du parcours :Enseignements multilingues
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):31

Objectifs du programme

L'objectif principal de cette formation est d'obtenir une vue la plus intégrée possible des mécanismes moléculaires et cellulaires qui sous-tendent les processus du développement chez l'animal. Les étudiants pourront intégrer les nombreux laboratoires spécialisés en biologie cellulaire ou biologie du développement et biologie des cellules souches.

Le Parcours Biologie du Développement et Cellules Souches a pour but de former les étudiants :
  • à l'exploration fonctionnelle des mécanismes moléculaires au niveau cellulaire,
  • à l'étude dynamique des comportements cellulaires à l'échelle de l'organisme entier,
  • aux principes fondamentaux régissant l’acquisition et le maintien d’une identité cellulaire spécialisée, de pair avec l’acquisition de formes spécialisées aux niveaux cellulaire et tissulaire,
  • aux mécanismes mis en jeu lors de l’homéostasie et le vieillissement des organes.

Compétences à acquérir

Les compétences développées sont celles spécifiées pour la mention Sciences du vivant :
  • Maitriser la démarche scientifique
  • Mener un projet
  • Communiquer
  • Construire son projet professionnel et personnel
En particulier :
  • Conception d'un projet de recherche
  • Apprentissage des bonnes pratiques de laboratoire
  • Immersion dans une équipe de recherche et apprentissage du travail en équipe (interactions avec les autres membres de l'équipe, participation aux réunions de travail...)
  • Manipulation de l'instrumentation et d'organismes vivants
  • Organisation pratique, réalisation et analyse critique des résultats d'une expérience
  • Elaboration d'un poster de congrès et présentation orale des objectifs du projet scientifique et des résultats obtenus
  • Réflexion sur les aspects du travail en laboratoire de recherche pouvant poser un questionnement éthique
  • Rédaction d'un CV, d'une lettre de motivation et passage d'un "entretien d'embauche".

Contrôle des connaissances

Contact

Nicolas Matt

Vincent Leclerc

Équipe pédagogique

Christelle Gally-Fauny (UE de biologie du développement et de cancérologie)

Nicolas Matt (responsable du M2)

Carine Meignin (UE de biologie du développement)

Stéphane Vincent (UE de biologie de développement)

Vincent Leclerc (responsable du M1)

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):31

Objectifs du programme

L'objectif de la formation est l'acquisition d’une vision globale de l'immunologie, en tant que discipline intégrant les concepts fondamentaux de la biologie cellulaire, moléculaire et de la biochimie. La formation vise également à acquérir une expertise approfondie des méthodes d’étude du système immunitaire, des modèles expérimentaux, des applications thérapeutiques modernes, et des sujets fondamentaux majeurs de l'actualité scientifique. Les étudiants pourront intégrer les nombreux laboratoires spécialisés en immunologie cellulaire, en immunologie moléculaire ou encore traitant des pathologies du système immunitaire ou du cancer.
Le parcours Immunologie-Inflammation formera les étudiants à:
  • Appréhender les acteurs de l'immunité aux échelles cellulaires et moléculaires
  • Maitriser les dynamiques de la réponse immunitaire
  • Connaitre les modèles d'étude des pathologies immunitaires
  • Connaitre les techniques modernes d'Immunothérapie et de vaccination
  • Maitriser les techniques d’étude du système immunitaire
  • Appréhender la diversité des organismes modèles (drosophile, souris, Homme)

Compétences à acquérir

Les compétences développées sont celles spécifiées pour la mention Sciences du vivant :
  • Maitriser la démarche scientifique
  • Mener un projet
  • Communiquer
  • Construire son projet professionnel et personnel
Les approches théoriques, les travaux pratiques et les stages obligatoires dès la première année de ce parcours, permettent le développement des compétences professionnelles suivantes:
  • Un apprentissage des bonnes pratiques de laboratoire
  • La conception d'un projet de recherche
  • Un Apprentissage du travail en équipe
  • Un Apprentissage de la communication orale, écrite (Poster /rapport/rédaction de projet)
  • Un renforcement de l'usage de l'anglais grâce à des enseignements dans cette langue
  • Un Questionnement éthique du travail en laboratoire de recherche
  • La valorisation de ses compétences et la clarification de son projet professionnel (rédaction d'un CV, d'une lettre de motivation et simulations d’entretiens d'embauche).

Contrôle des connaissances

Contact

Sylvie Fournel

Frédéric Gros

Équipe pédagogique

Samuel Liegeois

  • Langue du parcours :Anglais
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):40

Objectifs du programme

Le parcours "Joint Master in Neuroscience" est un programme d'excellence en Neurosciences qui vise à former la prochaine génération de chercheurs en neuroscience. Ce parcours se distingue a plusieurs niveaux:
- Un parcours Franco-allemand équilibré bâtit sur les compétences scientifiques et pédagogiques locales et leur complémentarité. Ce partenariat franco-allemand solide s'appuie sur un réseau trinational de laboratoires (Neurex).
-L'anglais comme langue officielle du JMN pour mieux se comprendre, apprendre et découvrir les diversités culturelles européennes. Nous avons fait le choix d'une langue commune pour notre enseignement binational, qui est aussi la langue d'échange de la communauté scientifique.
- Un recrutement a l'international basé sur la motivation des étudiants.
Le recrutement des étudiants par un comite de sélection franco-allemand s'appuie sur un site internet sécurisé et dédié qui permet aux candidats de déposer un dossier de candidature complet et personnalisé et aux évaluateurs officiels de les consulter et de les jauger suivant des critères pertinents.
- Un programme centré sur le projet professionnel de l'étudiant. Une des caractéristiques propres aux modalités de recrutement des étudiants du joint Master est la priorité donnée au projet personnel/professionnel du candidat. Dans cette démarche, le choix du laboratoire de recherche et des options théoriques sont laissés au libre arbitre des étudiants.
- Une formation professionnalisante tournée vers l'international. Outre une solide formation théorique et pratique, le JMN prépare efficacement au monde de la recherche au travers d'ateliers d'écriture scientifique, de rédaction de projet scientifique et de communication orale.
- Une utilisation optimisée des pédagogies modernes. L'équipe pédagogique du JMN utilise énormément le tut orat et le travail d'équipe pour sa formation théorique. De plus pour faciliter l'enseignement pendant les phases de mobilité, le JMN s'appuie sur le travail a distance (e-teaching, webinars).
- Un avant-gout de la recherche et du mode de vie Européen. Les étudiants inscrits dans notre programme vont tout d'abord passer un semestre à Strasbourg. Au cours du 2eme semestre ils s'installeront a Freiburg. Les étudiants pourront ainsi consolider leur maitrise des langues et approfondir leur connaissance culturelle et économique des deux pays partenaires.

The Joint Master in Neuroscience is a program of excellence in Neuroscience aiming at training the next generation of neuroscientists. This program is unique at several levels:
- A well-balanced French-German curriculum builds on complementary scientific and pedagogical specificities. This solid partnership is consolidated by a trinational network of laboratories (Neurex).
- English as official language to better understand and learn. We have chosen a common language for our joint teaching, which also enhances students exchanges, networking but also the discovery of the European cultural diversity
- An international recruitment based on student motivation. Recruitment by a joint selection committee is based on a secure and dedicated website that welcomes complete and personalized applications. Official evaluators can consult and evaluate them according to relevant criteria.
- A program centered on professional projects. One of the main criteria of the recruitment is the priority given to the candidate's personal / professional project. Therefore, some modules are elective, while the research laboratory for internships are of students' choice.
- Professional training oriented towards worldwide careers. In addition to solid theoretical and practica l training, the JMN prepares for scientific careers through workshops in scientific writing, scientific project elaboration and active oral communication.
- Optimized use of modern pedagogies. The JMN teaching team relies on tutoring and teamwork for theoretical and practical training. Moreover, JMN proposes e-teaching modules to facilitate teaching during mobility.
- A taste of the European way of life. The students enrolled in our program will first spend a semester in Strasbourg. During the 2nd semester they will settle in Freiburg. Students will be able to consolidate their language skills and improve their cultural and economic knowledge of the two partner countries.

Informations diverses

Toutes les informations specifiques au programme et a ses mobilites obligatoires sont disponibles sur le site du JMN:
http://neuromaster.u-strasbg.fr/JMN01homepage.html. D'autres informations pratiques (relatives au logement et au cout de la vie, par example) sont disponibles dans les onglets FAQ et les autres liens utiles disponibles sur la page web d'accueil.

All the specific information related to the JMN program and its mandatory mobilities are available on our dedicated website (http://neuromaster.u-strasbg.fr/JMN01homepage.html), Additional information regarding accomodations and living costs are given in the FAQ and other useful links listed on the web page



 

Contrôle des connaissances

Contact

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):20

Objectifs du programme

Le parcours Microbiologie a pour objectifs d’apporter aux étudiants les connaissances et les compétences leur permettant d’intégrer les différents domaines d’application de la microbiologie. A la fin du Master les étudiants devront être capables de :
  • Comparer la physiologie de différents microorganismes (champignons, levures, protistes, bactéries, archaea)
  • Comprendre le fonctionnement de ces microorganismes et leur capacité d'adaptation
  • Analyser l'impact des facteurs biotiques et abiotiques sur les microorganismes
  • Evaluer l'impact d'un microorganisme sur son environnement
  • Distinguer les propriétés microbiennes pouvant conduire à leur utilisation en biotechnologie, biorémédiation ou en microbiologie industrielle
  • Concevoir et proposer un protocole utilisant des outils et des techniques de microbiologie, d'écologie, de biologie moléculaire, de génétique, de génomique ou de biochimie pour étudier les microorganismes
  • Adopter et expliquer une démarche et un raisonnement scientifique rigoureux pour répondre à une question scientifique autour de la microbiologie

Compétences à acquérir

  1. Maitriser la démarche scientifique et les techniques et outils en microbiologie
  2. Mener un projet scientifique de microbiologie fondamentale ou appliquée
  3. Communiquer de facon argumentée et synthétique sur ses travaux à l'ecrit et à l'oral, en francais et en anglais
  4. Construire son projet professionnel et personnel dans le domaine de la microbiologie fondamentale ou appliquée

Contrôle des connaissances

Contact

Thierry Nadalig

Équipe pédagogique

Isabelle Caldelari Baumberger (Responsable d'UE)

Philippe Bertin (Responsable d'UE)

Stéphane Vuilleumier (Responsable d'UE)

Marc Fischer (Responsable d'UE)

Valérie Geoffroy (Responsable d'UE)

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):22

Objectifs du programme

Le parcours "Neurosciences Cellulaires et Intégrées" vise à former des spécialistes dotés d'une formation pluridisciplinaire robuste dans le domaine des Neurosciences, allant du niveau moléculaire aux aspects les plus intégrées. Cette formation abordera spécifiquement les méthodes et les grandes questions actuelles portant sur la structure et le fonctionnement normal et pathologique du système nerveux, et ceci de l'échelle cellulaire à celle des grands réseaux.
Au cours d'une première année généraliste, commune à celle du parcours Neurosciences Cognitive, seront abordés, d'une part, la formation à la démarche scientifique, et d'autre part, les bases des grands domaines des Neurosciences (neuroanatomie, neurochimie, neurobiologie cellulaire et moléculaire, neurophysiologie, neurobiologie des comportements, neurosciences cognitives...). La deuxième année de ce parcours propose une spécialisation dans les domaines cellulaires et intégrés au travers d'UEs obligatoires, mais aussi un choix d'enseignement optionnels. Le stage de deuxième année (un semestre dans un laboratoire de Neurosciences) complètera la formation à et par la recherche.
 

Compétences à acquérir

En plus des compétences définies au niveau de la Mention Sciences du Vivant, les étudiants auront acquis les compétences disciplinaires suivantes :
  • utiliser les méthodes, outils et concepts des différents champs disciplinaires abordés
  • élaborer et rédiger un protocole expérimental dans le domaine des Neurosciences cellulaires et intégrées
  • élaborer un plan expérimental dans le domaine des Neurosciences couvrant différents niveaux d'approche (moléculaire, cellulaire, intégré)
  • analyser et critiquer des résultats expérimentaux et/ou des protocoles d’expériences dans le domaine des Neurosciences
  • interpréter des résultats expérimentaux dans le domaine des Neurosciences et les replacer dans un contexte physiologique ou pathologique

Contrôle des connaissances

Contact

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):22

Objectifs du programme

Ce parcours offre une formation solide dans le domaine des Neurosciences Cognitives en se basant sur les concepts et méthodes issus des travaux de psychologie cognitive, neuropsychologie et neurobiologie, mais également ceux issus des sciences du comportement animal. Ce parcours aborde de manière approfondie les mécanismes neuronaux qui sous-tendent des fonctions telles que la perception, l’attention et la mémoire dans un contexte physiologique et ceux pouvant expliquer leurs altérations dans un contexte pathologique. La première année de ce parcours, commune à celle du parcours Neurosciences Cellulaires et Intégrées, a pour objectif d’offrir une solide formation généraliste dans le domaine des Neurosciences et de former les étudiants à la démarche scientifique. La deuxième année de ce parcours permettra une spécialisation en Neurosciences Cognitives au travers d'une formation à la recherche par la recherche (stage d’un semestre dans un laboratoire de Neurosciences).
 

Compétences à acquérir

En plus des compétences définies au niveau de la Mention Sciences du Vivant, les étudiants auront acquis les compétences disciplinaires suivantes :
Utiliser les méthodes, outils et concepts des différents champs disciplinaires abordés
Elaborer et rédiger un protocole expérimental dans le domaine des neurosciences cognitives
Elaborer un plan expérimental dans le domaine des neurosciences cognitives
Analyser et critiquer des résultats expérimentaux et/ou des protocoles d’expériences dans le domaine des neurosciences cognitives
Interpréter des résultats expérimentaux dans le domaine des neurosciences cognitives
 

Contrôle des connaissances

Contact

Alexandra Barbelivien

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

Le parcours «Plantes, biologie moléculaire et biotechnologies (PBM-Biotech)» constitue, avec deux autres parcours complémentaires («Plantes, molécules bio-actives et valorisation» et «Plantes, environnement et génie écologique»), l’offre de formation pluridisciplinaire en biologie et valorisation des plantes au sein de la mention Sciences du vivant. Ces trois parcours permettent de couvrir tous les aspects de la vie des végétaux (du niveau moléculaire jusqu’à l’écosystème) et d’explorer les nombreuses possibilités de valorisation des plantes et de leurs produits dérivés. Plusieurs Unités d’Enseignement mutualisées (notamment au premier semestre) et la réalisation d’un projet scientifique personnel (projet Végé-LAB - durant les trois premiers semestres) constituent le socle commun de la formation de ces trois parcours.

Exploration fonctionnelle chez les plantes et innovations en biotechnologie
Le parcours PBM-Biotech, basé sur une formation à la recherche par la recherche, permet d’acquérir des connaissances approfondies des méthodologies d’étude et découvertes les plus récentes en biologie moléculaire et cellulaire végétales, et de leurs applications en biotechnologie. Il aborde les processus fondamentaux de la vie des plantes : expression des génomes et mécanismes de régulation génétique et épigénétique, croissance et développement, réseaux métaboliques, interactions biotiques et abiotiques, voies de signalisation et adaptation à l’environnement. Les approches innovantes en amélioration génétique, protection des plantes et bio-ingénierie végétale sont aussi étudiées.

Cette formation de master s’appuie sur une équipe pédagogique très impliquée dans la préparation à l’insertion professionnelle des étudiants. Elle bénéficie du soutien de plusieurs centres de recherche (IBMP du CNRS, INRA…) et des partenariats avec un réseau d’entreprises p our l’accueil en stages et la formation sur les plateformes technologiques.

L’objectif du parcours PBM-Biotech est de former des étudiants ayant des connaissances théoriques et compétences pratiques très complètes, leur permettant d’intégrer le monde de la recherche fondamentale ou appliquée (notamment après poursuite des études au niveau doctorat), et de développer des stratégies de recherche innovantes. A l’issue du master, les étudiants pourront s’insérer en laboratoires de recherche publics ou en entreprises au niveau de postes d’ingénieurs d’études ou d’ingénieurs en recherche et développement.

Sites web :
http://master-vegetal.unistra.fr
www.vege-lab.unistra.fr
 

Compétences à acquérir

Maitriser la démarche scientifique, les outils et techniques liés à l’étude fonctionnelle des plantes et le développement des biotechnologies
Mener un projet scientifique en biologie moléculaire et biotechnologies des plantes
Communiquer de façon argumentée et synthétique sur les différents projets menés au cours du master, à l’écrit et à l’oral, en français et en anglais
Construire son projet professionnel et personnel, en développant des qualités de décision, de persévérance, d’adaptabilité et de responsabilité

 

Contrôle des connaissances

Contact

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

Le parcours PEnGé forme des étudiants dans les domaines de la filière Génie Ecologique (gestion et de restauration du bon fonctionnement des écosystèmes, suivi de ces réalisations, gestion d’écosystèmes naturels ou anthropiques, préservation de la biodiversité dans les projets d'infrastructures, la dépollution des sols et des eaux, phytoréhabilitation, etc.). Ces étudiants vont acquérir les solides compétences en Biologie Végétale (de la molécule à l’environnement) auxquelles vont s’ajouter des connaissances et compétences en Ecologie végétale fondamentale et appliquée ainsi que des compétences indispensables à leur insertion professionnelles : en gestion de projet, droit de l’environnement, gestion des écosystèmes, mise en place de mesures de gestion et de restauration, mise en place de techniques du génie végétal et suivis des écosystèmes.
L’ouverture du parcours PEnGé à l’apprentissage en deuxième année de master (M2) permettra aux futurs diplômés de présenter une expérience « de terrain » d’une année contre 5 mois (durée du stage) à l’heure actuelle et d’être immédiatement employables dans les structures et entreprises de la filière Génie Ecologique
Enfin, le statut d’apprentis permettra à des entreprises travaillant de domaine du génie écologique de travailler avec un apprenti sur une période de 1 an plus compatible avec les impératifs de la filière qu’un stage de 5 mois dans une formation classique.
 

Compétences à acquérir

Maîtriser la botanique et la biologie végétale
Maîtriser le fonctionnement et la gestion
des écosystèmes
Évaluer et restaurer des écosystèmes
Développer des alternatives écologiques aux procédés
de production conventionnels (génie végétal,
phytoremédiation, toitures végétalisées,…)
Adopter une démarche et une expertise scientifique
Maîtriser le cadre juridique et règlementaire
de la gestion et protection de l’environnement
Élaborer, coordonner et suivre des projets d’études

Contrôle des connaissances

Contact

Isabelle Combroux

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation

Objectifs du programme

Le parcours «Plantes, molécules bio-actives et valorisation» constitue, avec deux autres parcours complémentaires (« Plantes, biologie moléculaire et biotechnologies» et « Plantes, environnement et génie écologique »), l’offre de formation pluridisciplinaire en biologie et valorisation des plantes au sein de la mention Sciences du vivant. Ces trois parcours permettent de couvrir tous les aspects de la vie des végétaux (du niveau moléculaire jusqu’à l’écosystème) et d’explorer les nombreuses possibilités de valorisation des plantes et de leurs produits dérivés. Plusieurs Unités d’Enseignement mutualisées (notamment au premier semestre) et la réalisation d’un projet scientifique (projet Végé-LAB - durant les trois premiers semestres) constituent le socle commun de la formation de ces trois parcours.

Les plantes comme source de molécules d’intérêt
Ce parcours dispense des connaissances intégrées et des compétences techniques plus spécifiquement sur les voies de biosynthèse de molécules végétales, l’extraction, l’analyse et l’identification de ces molécules et leur utilisation dans différents secteurs industriels (alimentaire, médicinal, chimique, cosmétique, pharmaceutique). Au cours de sa formation, l'étudiant s'implique dans un projet de démarche scientifique appelé « Végé-LAB » qui consiste en la gestion d’un projet de recherche innovant en collaboration avec un partenaire du domaine public ou privé sur 3 semestres. Outre l’acquisition de connaissances et de compétences en lien avec le domaine d’intérêt, l’étudiant développe notamment des qualités d’autonomie, d’esprit de synthèse et d’esprit critique. Ce travail sur projet, adossé à l’anglais inclut une synthèse de l'ensemble des résultats rédigée sous la forme d'un article. Le module insertion professionnelle fait partie intégrante de cette démarche et con tribue à construire le projet professionnel de l’étudiant.

La formation comprend également un ensemble d’UE disciplinaires et d’UE à choix permettant de personnaliser son parcours. Certaines de ces UEs sont dispensées par la Faculté de Pharmacie.

Cette formation de master s’appuie sur une équipe pédagogique très impliquée dans la préparation à l’insertion professionnelle des étudiants. Elle bénéficie du soutien de plusieurs centres de recherche (IBMP du CNRS, INRA…), incluant les plateformes technologiques. Elle dispose de partenariats avec un réseau d’entreprises pour les projets Végé-LAB et l’accueil de stagiaires.

Sites web :
http://master-vegetal.unistra.fr
www.vege-lab.unistra.fr

 

Compétences à acquérir

Maitriser la démarche scientifique, les outils et techniques en valorisation de molécules bioactives d’origine végétale

Mener un projet scientifique en valorisation de molécules bioactives d’origine végétale

Communiquer de façon argumentée et synthétique sur les différents projets menés au cours du master, à l’écrit et à l’oral, en français et en anglais

Construire son projet professionnel et personnel, en développant des qualités de décision, de persévérance, d’adaptabilité et de responsabilité
 

Contrôle des connaissances

Contact

Équipe pédagogique

Pascaline Ullmann

Jean-Michel Daviere (  )

Laurence Gondet

  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :120
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):20

Objectifs du programme

L'objectif de ce parcours de master est d'offrir une formation pluridisciplinaire d’excellence à la recherche et par la recherche en apportant de solides connaissances de biochimie, de biologie moléculaire et cellulaire vues à travers la biologie des virus de l’ensemble des règnes du vivant. Les domaines de la virologie fondamentale et moléculaire tout comme ceux de la virologie appliquée (vecteurs, sondes moléculaires, thérapie génique, …) apportent les compétences et connaissances évolutives nécessaires à la formation de biologistes de haut niveau quel que soit l’objectif professionnel envisagé.
La première année du master est dédiée à la description et la compréhension des cycles viraux et des moyens méthodologiques et techniques mis en oeuvre pour leur analyse.
La seconde année vise à approfondir et consoldider les connaissances. L'étudiant est ammené à établir des liens entre les enseignements suivis afin de disposer des compétences nécessaires pour appréhender son projet de stage puis son parcours professionnel.

Compétences à acquérir

A l’issue de la formation, les étudiants devront maitriser la démarche scientifique et sauront mobiliser des connaissances fondamentales de biochimie et de biologie moléculaire et cellulaire en les replaçant dans le contexte d’infection virales dans le but de mener un projet.
Les compétences attendues sont celles spécifiées pour la mention « science du vivant », en particulier:
  • construire des raisonnements scientifiques en analysant des données complexes
  • rechercher et traiter la documentation et la bibliographie
  • Communiquer sous forme écrite et orale
  • Travailler en équipe au sein d'un laboratoire en respectant les règles de sécurité.

Contrôle des connaissances

Contact

Équipe pédagogique

Maria Dimitrova-Tchomakov (Enseignant-chercheur en virologie)

Anne-Marie Duchene-Louarn (Enseignant-chercheur en biochimie)

Philippe Carbon (Enseignant-chercheur en biochimie)

Michaël Ryckelynck (Enseignant-chercheur en biochimie)

Salah Eddine Bouzoubaa (Enseignant-chercheur en virologie)

David Gilmer (Enseignant-chercheur en virologie)

Corinne Schmitt-Keichinger (Enseignant-chercheur en virologie)

Caroline Calba (Enseignante en Anglais)

Hubert Becker (Enseignant-chercheur en biochimie)

Joseph Schacherer (Enseignant-chercheur en génétique)

Frédéric Fischer (Enseignant-chercheur en biochimie)

Conditions d'admission

Examen d’un dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant. Dans certains parcours, l'admission se fait en deux étapes: La procédure d'admissibilité qui repose sur l'examen d’un dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant puis la procédure d'admission qui repose sur un entretien présentiel ou par téléphone pour évaluer le projet et la motivation des candidats.

Publics visés

Etudiants titulaires d'un Licence en sciences de la Vie

Pré-requis obligatoires

Les étudiants postulant au M1 de cette spécialité doivent être détenteurs d’une licence en Sciences de la Vie leur ayant permis d’acquérir de bonnes connaissances en biologie et génétique moléculaire. Les étudiants postulant au M2 de cette spécialité doivent être détenteurs d'un M1en Sciences de la Vie leur ayant permis d’acquérir de bonnes connaissances en biologie et génétique moléculaire.
Modalités de recrutement en M1
Après examen des dossiers, l’acceptation en M1 se fait à la suite d’un entretien de motivation (en présentiel ou par vidéoconférence) avec des membres de l’équipe pédagogique du parcours. Cet entretien a également pour but de s’assurer que les étudiants sélectionnés seront à même de valider non seulement le M1 mais également le M2.
Modalités de recrutement en M2
Le passage en M2 nécessite d’avoir validé un M1 et d’avoir été accepté dans un laboratoire d'accueil pour les stages de M2S3 et M2S4. Pour les étudiants venant d’une autre spécialité ou d’une autre Université, l’acceptation en M2 se fait après examen des dossiers et suite à un entretien de motivation avec des membres de l’équipe pédagogique du parcours et nécessite d’avoir été accepté dans un laboratoire d'accueil pour les stages de M2S3 et M2S4.

 

Pré-requis recommandés

Cette formation exige de solides compétences fondamentales et pratiques à la fois en biochimie, biologie moléculaire et génétique, trois champs disciplinaires que le candidat doit maîtriser parfaitement pour pouvoir accéder à cette formation. Des notes supérieures à 12/20 dans toutes les Unités d’Enseignement (UEs) se rapportant à ces thématiques et durant les 3 années de licence sont exigées. Il est nécessaire que l’étudiant ait acquis un nombre suffisant d’ECTS (12 ECTS de Biochimie et de Biologie Moléculaire ; cours magistraux/travaux dirigés/travaux pratiques) correspondant à des UEs (théoriques et pratiques) traitant des grands processus de transmission de l’information génétique (réplication, transcription et traduction) pour pouvoir suivre cette formation avec de réelles chances de succès. Les étudiants ayant une formation initiale à dominante soit agronomique/agro-alimentaire soit physiopathologique ou médicale n’ont que très peu de chance d’être retenus pour intégrer le master BGM et devraient être réorientés vers les masters relevant de ces champs thématiques qui existent, par ailleurs, dans l’offre de formation de l’Université de Strasbourg
Un certain nombre d’UEs nécessite de solides compétences rédactionnelles tant en langue française qu’en langue anglaise, il est donc nécessaire que le candidat maîtrise les 2 langues tant à l’oral qu’à l’écrit. Comme cette formation de niveau est à capacité d’accueil limitée, les candidats ayant déjà acquis un diplôme de niveau équivalent ou supérieur n’ont que très peu de chance d’être retenus.

Modalités d'inscription

Selon les modalités prévues par la faculté des sciences de la vie.

Pré-requis obligatoires

Admission en M1
Ce parcours à l'interface biologie/chimie/mathématiques/informatique est exigeant et suppose donc l'acquisition et la validation d'une licence en sciences avec des résultats de bon niveau. Les dossiers d’étudiants motivés, non titulaires d’une licence sciences de la vie, mais souhaitant s’orienter vers les problématiques de recherche associées au master, peuvent déposer un dossier. Des compléments de formation seront cependant demandés en Master.
Examen sur dossier et entretiens si nécessaire.
Admission en M2
Apres validation d'un M1 avec des résultats universitaires de tres bon niveau, les dossiers de candidats ayant acquis des connaissances solide dans les techniques de la biologie structurale intégrative (Diffraction et diffusion des RX, RMN, Cryo-microscopie), en bioinformatique et génomique structurale peuvent être examinés.

Pré-requis recommandés

Admission en M1
Cette spécialité compétitive et exigente, à capacité d'accueil limitée, aux interfaces de plusieurs champs disciplinaires, a vocation à accueillir des étudiants très motivés et ayant montré une grande capacité de travail.Cela doit se traduire dans les résultats universitaires obtenus en Licence par les postulants. La position de cette spécialité aux interfaces de plusieurs disciplines "traditionnelles" peut permettre d'accueillir d'excellents candidats ayant validé un parcours en sciences "généralistes" et souhaitant s'orienter vers les sciences du vivant.
Un premier examen du dossier de candidature vérifiera l'acquisition des enseignements fondamentaux en biologie et biophysico-chimie des macromolécules biologiques et une capacité de s'intégrer dans un processus aux interfaces biologie/chimie/physique/informatique. La position de ce parcours aux interfaces de plusieurs disciplines "traditionnelles" peut permettre d'accueillir d'excellents candidats ayant validé un parcours en sciences "généralistes" et souhaitant s'orienter vers les sciences du vivant.

Admission en M2
Le travail du M2 est en continuité et s'appuie sur les compétences et connaissances acquises en M1. Une entrée directe en M2 est relativement rare. Les candidats en M2 doivent avoir obtenu avec aisance les pré-requis obligatoires. Il ne faut envisager une entrée en M2 que pour des candidats ayant obtenu de tres bons résultats universitaires (en complément des prérequis indiqués).

 

Modalités d'inscription

Examen d’un dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant

Pré-requis obligatoires

Connaissances et compétences acquises à partir de tout parcours équivalent à la Licence Mention Sciences de la Vie. Tout dossier de candidature ne faisant pas preuve d'une très solide formation initiale dans les domaines de la physiologie animale, génétique, écologie ou éthologie ne pourra pas être pris en considération.

Pré-requis obligatoires

L'admission en Master Enseigner les SVT - préparation à l'agrégation nécessite d'être titulaire d'une licence Sciences de la Vie et de la Terre, ou de tout autre diplôme jugé équivalent par la commission d'admission.
 

Pré-requis recommandés

Le Master Enseigner les SVT constituant de fait un préparation au concours de l'agrégation SV-STU, il est fortement recommandé de posséder une solide formation dans les différentes disciplines du concours : biologie moléculaire et cellulaire, biologie animale, biologie végétale, biologie des population, sciences de la Terre, sciences de l'univers. Une formation pluridisciplinaire préalable est donc fortement encouragée. Une admission suite à une formation moins complète sur ces différentes disciplines peut être envisagée dans certains cas, après étude du dossier du candidat et si nécessaire après un entretien, par la commission d'admission et dans la limite des places disponibles.

Modalités d'inscription

La procédure d'admissibilité repose sur l'examen d’un dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant. La procédure d'admission repose sur un entretien présentiel ou par téléphone pour évaluer le projet et la motivation des candidats (informations sur les pré-candidatures sur http://sciencesvie.unistra.fr/scolarite/admission/)

Pré-requis obligatoires

Parcours équivalent à la licence Sciences de la Vie.

Pré-requis recommandés

Connaissances et compétences acquises à partir de tout parcours équivalent à la Licence Mention Sciences de la Vie, comportant des UE de niveau avancé en biologie moléculaire, biochimie, biologie cellulaire, génétique et de niveau initiation en biologie du développement. Une maitrise de l'anglais à l'écrit et à l'oral est nécessaire.

Pré-requis obligatoires

Parcours équivalent à la licence Sciences de la Vie.

Pré-requis recommandés

Connaissances et compétences acquises à partir de tout parcours équivalent à la Licence Mention Sciences de la Vie, comportant des UE de niveau avancé en biologie moléculaire, biochimie, biologie cellulaire, génétique et immunologie. Une maitrise de l'anglais à l'écrit et à l'oral est nécessaire.

Modalités d'inscription

Les étudiants doivent déposer une demande administrative officielle sur les sites Ecandidat ou Campus-France sur la base de leur nationalité. En parallèle, le programme étant co-organisé avec l'Université de Freiburg et réclame une mobilité obligatoire entre les deux Universités partenaires, le recrutement se fait sur examen d'un dossier de candidature spécifique à déposer obligatoirement sur un site sécurisé et indépendant accessible à partir de la page d'accueil du JMN (http://neuromaster.u-strasbg.fr/JMN01homepage.html), L'examen d’un dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant, les lettres de recommandation produites par des professionnels dans le cadre des enseignements théoriques et pratiques (TP ou stages). Pour les étudiants issus d'établissements non anglophones, les candidats doivent renseigner leur niveau d'anglais au travers d'attestation officielle (TOEIC, TOEFL etc...) ou de preuve de mobilité longue dans un établissement anglophone (ERASMUS, etc...). De plus, une mobilité pendant les études est toujours considérer comme un gage d'adaptabilité.

Like any students at the University of Strasbourg, applicants to the JMN program needs to file the official administrative application form using either ECandidat or Campus-France platforms based on their citizenship. However, since the whole program is jointly organized with the university of Freiburg and required a mandatory exchange between the two partners, applicants must also follow our specific application procedure (secured and independent) available on the front page of our website (http://neuromaster.u-strasbg.fr/JMN01homepage.html). Evaluation criteria of the applications includes academic credentials (uploaded transcripts and diploma), personal project and motivation to pursue a career in neuroscience and to join our program, recommendation letters written by professionals who you interacted with during theoretical and practical trainings (includi ng internships). For students studying a non-English speaking academic environment, official evaluation of English proficiency is required and can be achieved using standard test (TOEFL, TOIEC etc...) or evidence for long-term and successful mobility using international student exchange program such as ERASMUS. In addition any mobility during academic training is considered as proof of adaptability.


 

Pré-requis obligatoires

Les étudiant(e)s intéressé(e)s par le parcours Microbiologie devront être titulaire d'une licence en Sciences du Vivant.

Pré-requis recommandés

Les étudiant(e)s intéressé(e)s par le parcours Microbiologie devront avoir participé(e)s à des cours de microbiologie (en licence, BTS ou IUT) impliquant notamment des travaux pratiques de microbiologie.

Pré-requis obligatoires

  • Pour une entrée en M1 : Titulaires d'une licence de Biologie Cellulaire et Physiologie ou de Psychologie ou toute formation jugée équivalente.
  • Pour une entrée en M2 : Titulaires d'un Master 1 en Neurosciences

Pré-requis recommandés

  • Pour une entrée en M1 : Connaissances et compétences acquises à partir de tout parcours équivalent à (1) la Licence Mention Sciences de la Vie, Parcours Biologie Cellulaire et Physiologie des Organismes de l'Unistra, consistant en une formation pluridisciplinaire en biologie et une solide formation en biologie cellulaire, physiologie animale et/ou neurosciences; (2) la Licence Mention Psychologie de l'Unistra consistant en une formation pluridisciplinaire en psychologie avec de bonnes bases en biologie et une solide formation en neurosciences, neuropsychologie et psychologie cognitive.
  • Pour une entrée en M2 : Connaissances et compétences acquises à partir d’un M1 avec 1) des connaissances approfondies en neuroanatomie, neurochimie, neurobiologie moléculaire et cellulaire, neurophysiologie ; de bonnes connaissances des Neurosciences cognitives ; une maîtrise de la démarche scientifique : recherche et analyse bibliographique, établissement de protocole expérimental, connaissance des approches de Neurosciences, analyse et interprétation de résultats et 4) des compétences dans la rédaction de rapports et restitution orale.

Pré-requis obligatoires

Pour une entrée en M1 : Titulaires d'une licence de Biologie Cellulaire et Physiologie ou de Psychologie ou toute formation jugée équivalente.
Pour une entrée en M2 : Titulaires d'un Master 1 en Neurosciences.
 

Pré-requis recommandés

Pour une entrée en M1 : Connaissances et compétences acquises à partir de tout parcours équivalent à (1) la Licence Mention Sciences de la Vie, Parcours Biologie Cellulaire et Physiologie des Organismes de l'Unistra, consistant en une formation pluridisciplinaire en biologie et une solide formation en biologie cellulaire, physiologie animale et/ou neurosciences; (2) la Licence Mention Psychologie de l'Unistra consistant en une formation pluridisciplinaire en psychologie avec de bonnes bases en biologie et une solide formation en neurosciences, neuropsychologie et psychologie cognitive.
Pour une entrée en M2 : Connaissances et compétences acquises à partir d’un M1 avec 1) des connaissances approfondies en neuroanatomie, neurochimie, neurobiologie moléculaire et cellulaire, neurophysiologie ; 2) de bonnes connaissances des Neurosciences cognitives ; 3) une maîtrise de la démarche scientifique : recherche et analyse bibliographique, établissement de protocole expérimental, connaissance des approches de Neurosciences, analyse et interprétation de résultats et 4) des compétences dans la rédaction de rapports et la restitution orale.
 

Pré-requis obligatoires

Licences de «biologie moléculaire et cellulaire », «biologie cellulaire et physiologie des organismes», de biochimie, de physiologie végétale ou toute autre licence en «Sciences de la Vie» jugée équivalente par la commission pédagogique.

Modalité d’examen des candidatures
Examen du dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant. La phase d'admissibilité s'effectue sur dossier puis le résultat de la phase d'admission est prononcé après entretien et délibération du jury d'admission.

Au niveau M2
L’entrée en M2 requiert la validation des 2 semestres du M1. Pour les étudiants d’un autre master, leur admission se fait après examen de leur dossier et entretien.
 

Pré-requis recommandés

Entrée en M1
Cette formation requiert des connaissances et compétences suffisantes en biologie végétale mais aussi en biologie cellulaire et moléculaire, physiologie, biochimie et génétique. Le niveau en langues (français et anglais) doit être suffisant pour permettre à l'étudiant de suivre les enseignements.

Entrée en M2
Connaissances et compétences acquises à partir d’un M1 équivalent à la 1ère année du parcours «Plantes, biologie moléculaire et biotechnologies».
 

Modalités d'inscription

Examen d’un dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant. L'admission se fait en deux étapes: La procédure d'admissibilité qui repose sur l'examen d’un dossier basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant puis la procédure d'admission qui repose sur un entretien présentiel ou par téléphone pour évaluer le projet et la motivation des candidats.

Pré-requis obligatoires

L’étudiant doit être diplômé d’une Licence de « biologie moléculaire et cellulaire », «biologie cellulaire et physiologie des organismes», de biochimie, de physiologie végétale ou toute autre licence en «Sciences de la Vie» jugée équivalente par la commission pédagogique.

Modalité d’examen des candidatures
L’examen du dossier est basé sur les résultats, les expériences, le projet et la motivation de l’étudiant. La phase d'admissibilité s'effectue sur dossier puis le résultat de la phase d'admission est prononcé après entretien et délibération du jury d'admission.

L’entrée en M2 requiert la validation des 2 semestres du M1. Pour les étudiants d’un autre master, leur admission se fait après examen de leur dossier et suite à un entretien. Des étudiants de cursus de la faculté de pharmacie ou d’école d’ingénieurs peuvent également être admis en M2.

 

Pré-requis recommandés

Entrée en M1
Cette formation requiert des connaissances et compétences suffisantes en biologie végétale mais aussi en biologie cellulaire et moléculaire, physiologie, biochimie et génétique. Le niveau en langues (français et anglais) doit être suffisant pour permettre à l'étudiant de suivre les enseignements.

Entrée en M2
L’étudiant devra posséder des connaissances et compétences acquises à partir d’un cursus équivalent à la 1ère année du parcours «Plantes, molécules bioactives et valorisation».


 

Pré-requis obligatoires

Licence de « biologie moléculaire et cellulaire » ou licence de « biologie cellulaire et physiologie des organismes » ou diplôme jugé équivalent par la commission pédagogique. Le recrutement est effectué sur dossier par la commission pédagogique qui évalue plusieurs critères dont les notes et rangs représentatifs des connaissances préalables en : virologie, microbiologie, génétique, biologie moléculaire et cellulaire ; des motivations exprimées ; parfois après entretien téléphonique (pour les non-Strasbourgeois) ou direct.
 

Pré-requis recommandés

Licence de « biologie moléculaire et cellulaire » ou diplôme jugé équivalent par la commission pédagogique. Formation non accessible aux médecins, pharmaciens et vétérinaires ou déjà titulaire d'un Master

Débouchés

L'offre de formation présentée dans la mention devrait permettre à tout étudiant détenteur de ce diplôme de pouvoir postuler à des emplois correspondant à ceux d'ingénieur d'études dans des organismes publics ou dans l'industrie biotechnologique, ceci directement ou après une formation complémentaire (management, communication scientifique par exemple). Cependant, une partie assez importante des étudiants ayant suivi cette mention se destinent à poursuivre en doctorat au sein d’une Ecole Doctorale. Les étudiants, à la fin de leur thèse, peuvent alors postuler à des postes dans des organismes publics (chercheurs ou enseignants-chercheurs), dans l'industrie (chefs de projets), dans des ONG ou des agences d'innovation (Alsace Biovalley par exemple) ou encore dans des cabinets conseil (consultant scientifique).

Le parcours "Enseigner les Sciences de la Vie et de la Terre – Parcours agrégation" constitue en première intention une préparation des étudiants à l’agrégation de Sciences de la Vie, Sciences de la Terre et de l’Univers (SV-STU). Les débouchés professionnels sont donc l’enseignement des SVT en collèges et lycées. Cependant, l’appartenance de ce parcours à la mention « Sciences du vivant » donne la possibilité aux étudiants de se réorienter vers d’autres métiers scientifiques comme par exemple la médiation scientifique.

Poursuite d'études

Une partie assez importante des étudiants ayant suivi cette mention poursuivent en doctorat au sein d’une Ecole Doctorale.

Aide à la poursuite d'étude/insertion professionnelle

L’UE "insertion professionnelle" obligatoire et gérée de façon unique pour tous les parcours et la possibilité de choisir des UE d’ouverture professionnelle communes permettent à l’étudiant d’élaborer son projet professionnel ou de poursuite d’études. Ces UE participeront à l'acquisition de la macrocompétence "construire son projet professionnel et personnel"

Codes Rome

  • K2108 - Enseignement supérieur
  • K2402 - Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant
  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel
  • D1407 - Relation technico-commerciale
  • E1106 - Journalisme et information média

Poursuite d'étude

Ce parcours a vocation à former :
  • des "techniciens" de haut niveau (sortie niveau BAC +5, directement à la fin du master),
  • des futurs chercheurs (sortie niveau BAC +8 après un doctorat)
Les étudiants de cette formation seront capables de s'insérer dans un processus de biologie structurale intégrative ou de "bio-informatique moderne" (biologie des systèmes, "omics"..) dans le domaine de la recherche publique et dans le monde industriel. Quelques statistiques sur nos dernieres promotion :
  • Bac+5 : 60 à 70% des effectifs intègrent le marché du travail à la sortie du master au bout de 6 à 12 mois, pour moitié dans le privé et pour moitié dans le domaine public. Les étudiants sont recrutés en tant que ingénieur d'étude bio-informaticien ou gestionnaire de données ou encore comme technicien de laboratoire (biologie structurale, biotechnologie, ...).
  • Bac+8 : 30 à 40% des étudiants ont pu obtenir un financement pour s’inscrire dans une école doctorale et préparer un doctorat.

Poursuite d'étude

*Thèse puis concours dans la Recherche en écophysiologie, en écologie ou éthologie (Chercheur, Enseignant-Chercheur, Ingénieur de recherche dans les organismes publics)
*Chargé de mission dans des bureaux d’étude, associations et parcs/réserves. Gestion et conservation des populations animales en captivité ou dans leur milieu naturel. Conservation des habitats
*Chargé de mission dans les conseils régionaux en communication scientifique
*Créateur de cabinet d’expertise en comportement

Poursuite d'étude


Ces années de formation constituent en première intention une préparation des étudiants à l’agrégation de Sciences de la Vie, Sciences de la Terre et de l’Univers (SV-STU ou SVT). Les débouchés professionnels sont donc l’enseignement des SVT en collèges et lycées.
Des poursuites en thèse sont envisageables.

Codes Rome

  • K2107 - Enseignement général du second degré
  • K2108 - Enseignement supérieur

Poursuite d'étude

L'objectif de ce parcours est de former des étudiants ayant des connaissances théoriques et pratiques très complètes, leur permettant d'accéder aux métiers de la recherche fondamentale ou appliquée et de l'enseignement supérieur.
  • Insertion professionnelle après le master : ingénieur d'études dans un organisme de recherche public, cadre technique et scientifique en secteur privé (entreprises innovantes en biotechnologie et agrochimie en particulier), conseiller technico-commercial ou consultant dans le domaine scientifique.
  • Insertion professionnelle après un doctorat : ingénieur de recherche, chercheur, enseignant-chercheur (organismes publics), ingénieur en plate-forme technologique, chargé de projet, chef de projet R&D dans l'industrie.

Codes Rome

  • K2402 - Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant
  • K2108 - Enseignement supérieur
  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel

Poursuite d'étude

Une partie assez importante des étudiants ayant suivi ce parcours poursuivent en doctorat au sein d’une Ecole Doctorale.

Codes Rome

  • K2402 - Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant

Poursuite d'étude

  • Doctorate
  • Master in different field to gain additional knowledge (Business & Management ; neuroeconomics; Public Health & epidemiology, science & health media …).

Codes Rome

  • K2108 - Enseignement supérieur
  • K2402 - Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant
  • K1402 - Conseil en Santé Publique

Poursuite d'étude

Les étudiants titulaires du diplôme de Master Sciences du Vivant parcours Microbiologie peuvent postuler sur des emplois de recherche fondamentale ou appliquée dans les différents domaines de la microbiologie, dans le domaine public ou privé.
De plus, cette formation permet de se porter candidat à une thèse de doctorat.

Codes Rome

  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel
  • H1210 - Intervention technique en études, recherche et développement
  • H1302 - Management et ingénierie Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriels
  • H1303 - Intervention technique en Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriel

Poursuite d'étude

Poursuite d’étude :
  • Doctorat d’université.
  • Master (1 ou 2) permettant d’acquérir une double compétence (par exemples : Management ; Administration des Entreprises ; Santé publique, Promotion de la santé et prévention ; Communication scientifique ; …).
  • DIU Formation des Investigateurs aux Essais Cliniques des médicaments FIEC.
  • DIU Formation des attachés de recherche clinique FARC.
  • Concours CAPES Sciences de la Vie et de la Terre.
  • Concours Professeur des écoles.

Insertion professionnelle :
  • Ingénieur d’étude dans laboratoire public (CNRS ou INSERM)
  • Assistant de recherche dans l’industrie pharmaceutique

Codes Rome

  • K2402 - Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant
  • K2108 - Enseignement supérieur
  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel
  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation
  • E1106 - Journalisme et information média

Poursuite d'étude

Poursuite d’étude :
Doctorat d’université.
Master (1 ou 2) permettant d’acquérir une double compétence (par exemples : Management ; Administration des Entreprises ; Santé publique, Promotion de la santé et prévention ; Communication scientifique ; …).
DIU Formation des Investigateurs aux Essais Cliniques des médicaments FIEC.
DIU Formation des attachés de recherche clinique FARC.
Concours CAPES Sciences de la Vie et de la Terre.
Concours Professeur des écoles.

Insertion professionnelle :
Ingénieur d’étude dans laboratoire public (CNRS ou INSERM)
Assistant de recherche dans l’industrie pharmaceutique
 

Codes Rome

  • K2402 - Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant
  • K2108 - Enseignement supérieur
  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel
  • K1601 - Gestion de l'information et de la documentation
  • E1106 - Journalisme et information média

Poursuite d'étude

Les principaux débouchés de ce parcours se situent dans les métiers de la recherche, de la recherche et développement et de l'enseignement supérieur :
- Insertion professionnelle après le master : ingénieur d'études dans un organisme de recherche public (INRA, CNRS, IRD, CIRAD, Université), cadre technique et scientifique en secteur privé (entreprises innovantes de biotechnologie, secteurs agronomique et agrochimique en particulier), conseiller technico-commercial dans le domaine scientifique, spécialiste en propriété intellectuelle et brevets (après une formation complémentaire).
- Insertion professionnelle après un doctorat : ingénieur de recherche, chercheur, enseignant-chercheur (organismes publics), ingénieur en plate-forme technologique, chargé de projet, chef de projet R&D dans l'industrie.
 

Codes Rome

  • A1302 - Contrôle et diagnostic technique en agriculture
  • A1303 - Ingénierie en agriculture et environnement naturel
  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel
  • H1501 - Direction de laboratoire d'analyse industrielle
  • H1502 - Management et ingénierie qualité industrielle

Poursuite d'étude

Possibilité de poursuite en thèse ou intégration de la vie active

Poursuite d'étude

L’insertion des étudiants se fait préférentiellement dans les domaines de valorisation industrielle de molécules ou de produits végétaux (biotechnologie, ingénierie métabolique, phytochimie, alimentaire, cosmétique, pharmaceutique .. .). Des débouchés sont également possibles au sein de centres techniques et d’organismes publics de recherche. Les étudiants peuvent également poursuivre par une thèse de doctorat en recherche fondamentale ou appliquée.
 

Codes Rome

  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel
  • H1502 - Management et ingénierie qualité industrielle
  • H1501 - Direction de laboratoire d'analyse industrielle
  • A1303 - Ingénierie en agriculture et environnement naturel
  • A1302 - Contrôle et diagnostic technique en agriculture

Poursuite d'étude

La majorité des étudiants poursuivent leurs études en doctorat pour accéder à des métiers de la recherche publique ou privée ou à des carrières d’enseignant-chercheur. D’autres suivent une formation complémentaire et se spécialisent dans des domaines de propriété intellectuelle, de gestion des brevets, de vente... Le diplômé du master de virologie peut prétendre à des emplois diversifiés en recherche fondamentale ou appliquée (publique ou privée) dans lesquels seront mis en œuvre entre autres : la gestion de projets d’études en laboratoire ou sur le terrain, la mise au point de matériel d’expérimentation, l’interprétation de résultats, la transmission et la communication du savoir et l’animation scientifique.

Codes Rome

  • K2402 - Recherche en sciences de l'univers, de la matière et du vivant
  • M1703 - Management et gestion de produit
  • M1402 - Conseil en organisation et management d'entreprise
  • E1106 - Journalisme et information média
  • H1206 - Management et ingénierie études, recherche et développement industriel

Structure et organisation pédagogiques


La mention de master Sciences du Vivant se décompose en 14 parcours types qui couvrent l’ensemble des différents champs disciplinaires de la biologie. Tous les parcours ayant pour but de former des biologistes de haut niveau, le socle commun de cette mention est donc basé sur l’acquisition de compétences scientifiques appliquées aux sciences de la vie et des compétences transversales. Les UE scientifiques disciplinaires sont spécifiques à un ou plusieurs parcours, la mutualisation de ces UE étant facilitée par l’existence d’une mention unique. Le schéma ci-dessous reprend l’organisation de la mention et met en avant la mutualisation des enseignements.

Socle commun
1- Différentes UE permettant l'acquisition de la démarche scientifique sont proposées tout au long des 2 années de master. Ces UE, représentant de 18 à 30 ECTS, permettent à l’étudiant d’acquérir les compétences suivantes:
- conception et élaboration d'un projet scientifique
- analyse et synthèse de la bibliographie
- techniques actuelles et innovantes de la biologie
- communication scientifique à l’écrit et à l’oral en français et en anglais.
- s’informer des avancées scientifique lors de congrès ou de symposiums.
- implication et démarche personnelle
- travail en groupe
Ces UE comprennent toutes un tutorat ou un suivi par un professionnel (enseignant-chercheur ou chercheur de la discipline) pour accompagner les étudiants dans leur démarche. Ces UE sont déclinées par parcours, d’une part car elles nécessitent un travail en effectif réduit et d’autre part car l’acquisition de ces compétences à ce niveau de formation doit nécessairement se faire dans le champ disciplinaire correspondant. Ces UE sont réparties tout au long des trois premiers semestres pour permettre un accompagnement des étudiants jusqu’à leur entrée en laboratoire lors du stage de M2S4, point d'orgue de la formation à la démarche scientifique. Les conditions des stages de M2S4 ont été harmonisées dans tous les parcours par une charte commune des stages.
Ces UE permettront à l’étudiant l'acquisition de la macrocompétence : maîtriser la démarche scientifique mais aussi de progresser dans trois autres macrocompétences que nous avons définies: mener un projet, communiquer et construire son projet professionnel et personnel

2. Deux UE ("éthique et intégrité en science" et "formation à l'expérimentation animale") seront proposées à tous les parcours et participeront à l'acquisition des macrocompétences "maîtriser la démarche scientifique", "mener un projet" mais aussi bien évidemment à la macrocompétence "construire son projet professionnel et personnel".

3- Deux UE de langues contribuent à la macro-compétence "Communiquer".
Ces UE sont intégrées à des UE Démarche scientifique et gestion de projet dans certains parcours (PBMB, PMBV, PEnGE, II, BDCS, BGM)

4- L’UE "insertion professionnelle" obligatoire et gérée de façon unique pour tous les parcours et la possibilité de choisir des UE d’ouverture professionnelle communes permettent à l’étudiant d’élaborer son projet professionnel ou de poursuite d’études. Ces UE participeront à l'acquisition de la macrocompétence "construire son projet professionnel et personnel"

Le socle commun de la mention représente donc 50% des ECTS (soit 60 ECTS sur 120). Les 50% d’ECTS restant sont dédiés aux contenus disciplinaires et permettent à l’étudiant de devenir un spécialiste de son parcours.

Mutualisation
En plus de ce socle commun, plusieurs parcours relevant d’un même domaine présentent une mutualisation importante d’UE scientifiques disciplinaires.

Les parcours "Neurosciences Cellulaires et Intégrées (NCI)" et "Neurosciences Cognitives (NC0)" auront une première année commune permettant de donner aux étudiants une solide for mation généraliste dans le domaine des Neurosciences (30 ECTS disciplinaires). Les UE optionnelles du second semestre permettront à l’étudiant d’affiner son choix de spécialisation pour le parcours de M2.

Les trois parcours de biologie végétale "Plantes, molécules bioactives et valorisation", "Plantes, biologie moléculaire et biotechnologies" et "Plantes, environnement et génie écologique" partageront un premier semestre commun et un bon nombre d’UE obligatoires et à choix pour les semestres 2 et 3. Le principal point commun est néanmoins le programme Végé-LAB qui permet aux étudiants de choisir, concevoir et réaliser un projet personnel de recherche et développement pendant les semestres 1 à 3.

Les parcours "Biologie du développement et cellules souches (BDCS)", "Immunologie et inflammation (II)" et "Biologie et génétique moléculaire (BGM)" partageront, en plus des UE communes à tous les parcours, plusieurs UE obligatoires de biologie cellulaire, biologie moléculaire et génétique (M1S1: 40%, M1S2: 30 % et M2S3: 30%). Les UE optionnelles seront à choisir dans le même pool pour les 3 parcours (M1S1: 6 ECTS, M1S2: 6 ECTS).

Le parcours "Ecophysiologie, Ecologie et Ethologie (EEE)" partagera plusieurs UE avec le parcours "Enseigner les Sciences de la Vie et de la Terre" (trois UE obligatoires en physiologie animale, génétique des populations et en éthologie) et avec le parcours "Plantes, Environnement et Génie écologique" (une UE obligatoire en Ecologie fonctionnelle et 5 UE optionnelles dont deux en écologie végétale, une en biodiversité, une en méthodes d’échantillonnage et une en statistiques).

Des mutualisations existent également entre différents parcours ne relevant pas du même domaine. On peut citer comme exemple: Neurobiologie des rythmes, UE optionnelle de trois parcours (NCI, NCO et EEE) ; Immunologie perfectionnement, UE optionnelle de trois parcours (microbiologie, virologie et NCI) ; Neuroimmunology, UE obligatoire des parcours II et Joint master in neuroscience ; Neurodevelopement, UE optionnelle des parcours BDCS et Joint master in neuroscience. Expression des gènes et biosynthèse des protéines, UE obligatoire des parcours BGM et virologie, optionnelle des parcours BSIBI et PMBV ; Origine et évolution du vivant, UE obligatoire des parcours BGM, optionnelle du parcours EEE ; UE Programmation, UE obligatoire en BSIBI et optionnelle en EE ; UE Bases de données, UE optionnelle en BSIBI et en EEE.

 

Programme des enseignements

Biologie et génétique moléculaire

Biologie structurale intégrative et bio-informatique

Écophysiologie, écologie et éthologie

Enseigner les sciences de la vie et de la Terre, préparation à l'agrégation

Génétique moléculaire du développement et des cellules souches

Immunologie et inflammation

Joint Master in Neurosciences

Microbiologie

Neurosciences cellulaires et intégrées

Neurosciences cognitives

Plantes, biologie moléculaire et biotechnologies

Plantes, environnement et génie écologique

Plantes, molécules bioactives et valorisation

Virologie

Contact

Faculté des sciences de la vie

28 RUE GOETHE
67083 STRASBOURG
0368851810

Sylvie Fournel

Actualités

juin 26 2019

Téléchargez le programme au format pdf ATELIERS Inscription obligatoire auprès de Jean...

juin 26 2019

A l'occasion des 400 ans du Jardin botanique, nous avons publié deux ouvrages, l'un sur l'histoire...

Consulter toutes les actualités

JW Player goes here
  • Plateforme Biologie
  • Réseau Alumni