Université de Strasbourg
Accueil
Search & Find
Vous êtes ici :  Accueil   >   Actualités : Bouche à oreille !

Bouche à oreille !

En 2015, l'Université de Strasbourg a distingué le master Biologie et Valorisation des Plantes par un "Prix d'Excellence Formation", soulignant la forte implication de l'équipe pédagogique dans l'insertion professionnelle des étudiants.

Questions à François Bernier, enseignant-chercheur, responsable du Master.

Après le prix d’excellence, vous venez d’être aujourd’hui distingué parmi les meilleurs masters cités par le magazine « l’Etudiant ». Pouvez-vous expliquer comment est née cette formation et ce qui en fait le succès ?

C’est dans le cadre de la réforme LMD en 2005 que les enseignants ont eu l’envie de créer un master entièrement consacré à la plante dans sa globalité. Avant cela, les enseignements dans le domaine végétal étaient associés à d’autres disciplines comme la pharmacie ou la biologie cellulaire. L’originalité de ce master a été de voir la plante à tous les niveaux, c’est-à-dire comme un organisme formé de cellules et de molécules fonctionnant dans un environnement donné. La plante est ainsi étudiée pour elle-même et aussi pour les bienfaits qu’elle apporte.
Encore aujourd’hui, il existe très peu de formations à l’échelle nationale qui considèrent la plante sous tous ces aspects à la fois.
D’autre part, l’insertion professionnelle des étudiants a été au cœur de la réflexion de l’équipe enseignante et surtout la prise en compte avant tout de l’intérêt des étudiants pendant mais aussi après le master.

Qu’entendez-vous par « après le master » ?

L’objectif de la formation est bien sûr de construire des connaissances disciplinaires fortes, oui, mais il faut que les diplômés puissent à l’issue de ce master et de ses 3 parcours s'insérer non seulement dans une voie d’études supérieures comme la préparation d’une thèse mais surtout dans le milieu professionnel pour la majorité d’entre eux.
L’originalité de ce master réside dans son organisation et le travail avec un réseau de partenaires de recherche privée et publique mais aussi un réseau autour des acteurs de l’environnement et de l’écologie qu’ils soient des industriels ou des acteurs politiques comme les collectivités ou les groupements d’intérêts publics.
Nous avons mis en place une méthodologie qui permet à l’étudiant de devenir acteur de sa formation et qui place la professionnalisation au cœur de la démarche.

Vous parlez d’insertion professionnelle ; après 10 ans d’existence quels liens avez-vous conservés avec vos diplômés ?

Nos diplômés sont ceux qui viennent se présenter, parler de leurs entreprises et de leur travail à nos étudiants actuels. Des rencontres comme « la journée scientifique » du 13 mai dernier permettent de créer un réseau qui maintien ce lien. L’idée est avant tout de décloisonner non seulement les 3 parcours de master mais de créer également des allers-retours entre les licences, les masters et ceux qui sont déjà dans la vie professionnelle. Cette journée scientifique a été l’occasion de créer l’échange dans les différents domaines disciplinaires mais aussi autour des problématiques d’aujourd’hui.

La plateforme expérimentale Végé-LAB a été mise en place en Septembre 2014 pour les étudiants du master grâce au financement IdEx accordé par l'Université, pouvez-vous expliquer ce qu’est Végé-LAB pour un non initié et ce qu’il apporte de plus aux étudiants du master ?

Végé-LAB est deux choses à la fois. Un lieu crée en 2014, c’est à dire un laboratoire pédagogique (à la plateforme de biologie) où l’étudiant peut mettre en œuvre son projet, mais surtout et avant tout un véritable programme pédagogique qui permet de construire le master autrement. Pour être plus précis, le dispositif pédagogique demande à l’étudiant de construire un projet personnel de recherche en choisissant l'un des thèmes proposés par les partenaires impliqués (industries ou laboratoires publics) et qu’il va développer sur trois semestres, en collaboration avec ce partenaire. L’équipe pédagogique l’accompagne pour lui permettre au fur et à mesure des semestres de se documenter, de proposer une démarche scientifique et ensuite de réaliser une recherche jusqu'aux manipulations finales et la restitution sous forme d'un poster, d'un article et de comptes-rendus oraux.
Tout ceci est plus que formateur pour l’étudiant et apporte réellement un résultat concret au partenaire.

En quelques mots après ces 10 ans d’expériences, pouvez vous parler de l’avenir de ce master ?

L’avenir c’est la mise à disposition des étudiants d’une technologie de haute valeur grâce au soutien de l’IdEx, c’est également la possibilité de suivre le M2 Plantes, environnement et génie écologique en apprentissage à partir de l’année 2016/2017. Enfin c’est une forte interaction avec le tissu local car ce master forme en réalité des futurs « ingénieurs » en recherche et développement qui rejoignent rapidement le monde du travail.

 

Pour en savoir plus :

http://master-vegetal.unistra.fr/

 

 

Info publiée le : 19 mai 2016

Actualités

juil. 20 2017

La scolarité sera fermée du 21/07/17 12h30 au 20/08/17 inclus. Durant cette période, si vous avez...

juil. 18 2017

Une fois votre admission dans l'une de nos formations confirmée, vous devez procéder à votre...

Consulter toutes les actualités

JW Player goes here
  • Plateforme Biologie
  • Réseau Alumni